Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Crédit révolving

thematiques 1 juin 2012

Carte de paiement ou carte bancaire? crédit révolving ou prêt personnel?

Une carte bancaire est-elle une carte de paiement ou une carte de crédit, ou les deux à la fois ? Depuis quelques années, certaines cartes bancaires ont, en effet, les deux fonctions.

Pour essayer de contrer les effets de la publicité agressive des établissements spécialisés dans le crédit (tels que Cofinoga, Finaref, Sofinco, etc…) les banques proposent à certains clients une carte de paiement avec option crédit, c'est-à-dire crédit renouvelable. Mais elles sont plus sélectives : c'est la clientèle à revenus moyens avec des besoins de trésorerie qui est ciblée. Ni les clients fortunés, ni les clients aux ressources trop justes ne se voient proposer ce type de produit ; les banques n'ont aucun intérêt à pousser dans le gouffre du surendettement leurs clients modestes…

Par rapport aux cartes de crédit des magasins, celles des banques donnent accès à un crédit au taux inférieur, souvent de 13 à 17 %, alors que le crédit renouvelable des établissements spécialisés se voit appliquer des taux de 19 % ou plus.

Cependant, bien que le plafond soit élevé (20 à 21500€), ces cartes ne doivent pas être utilisées avec l'option carte de crédit pour régler de gros achats (voiture, cuisine, etc…), Dans ce cas, un credit achats (voiture, cuisine, etc… Dans ce cas, un crédit à la consommation (crédit dit ''affecté'') est moins cher, parfois même jusqu'à deux fois moins cher.

Si cette carte de crédit est utilisée intelligemment, elle peut remplacer le recours à un découvert non autorisé et s'avérer de 2 % environ moins chère. Toutefois, ce ne doit pas être l'arme contre les fins de mois difficiles : le coût de la seconde utilisation de ce crédit renouvelable est beaucoup plus élevé que lors de la première utilisation.

En effet, si le solde n'a pas été totalement remboursé entre les utilisations, le coût va finir par être lourd. Paradoxalement, ce coût sera très élevé si vous avez puisé à de nombreuses reprises pour de petits montants !

Le coût finira par être lour si vous laissez traîner votre remboursement sur de trop longues périodes, les intérêts seraient importants, aussi élevés en fin de compte que pour tout crédit ''revolving''.

C'est aussi pour lutter contre la réputation désastreuse de ce crédit que les banques ne procèdent pas comme les établissements spécialisés : ces derniers prélèvent les mensualités les plus faibles possibles de façon à allonger la durée de remboursement et à ainsi gonfler le montant total des intérêts ; les banques, quant à elles,prélèvent les mensualités les plus élevées possibles selon les possibilités du client avec qui elles les ont négociées à la souscription de la carte.

Deux règles d'or : rembourser au fur et à mesure et dès que possible ; chaque fois que cela est possible, un remboursement du solde par anticipation est à privilégier.

Vous pouvez aussi demander un remboursement automatique en 3, 6, 10 ou 18 mensualités. Car cette option crédit vous est proposée dans le cadre de votre compte et de sa convention.

Cette option crédit ne peut en aucun cas vous être imposée ou octroyée d'office. Le client doit signer de nombreux documents, rendus obligatoires par la loi ''Lagarde'' (N° 2010-737 du 01-07-10) qui réglemente plus strictement le tristement célèbre crédit revolving, qui a enfoncé dans le surendettement des milliers de ménages.

Lors de la souscription de la carte de crédit, le conseiller doit définir avec son client les modalités de remboursement les mieux adaptées à la situation de son client. A ce propos, rappelez-vous que les mensualités peu élevées sont un piège : le crédit sera plus long, et donc le montant total des intérêts sera plus lourd. Mieux vaut choisir les mensualités les plus élevées que vous autorisent vos revenus.

Ceci est à méditer, si au contraire, vous voulez effectuer des achats ''plaisirs'' de superflu en pensant payer tout doucement…

La loi, de toute façon, limite à 36 mois la durée de remboursement d'un crédit de moins de 3000€ ; un montant supérieur doit être remboursé en 60 mois maximum. Le plafond maximal est de 75000€. La loi Chatel, quant à elle, impose la clôture du crédit offert avec cette carte s'il n'est pas utilisé pendant deux ans (après notification au client).

Ces cartes sont distinguées des cartes de paiement sans option crédit par la présence d'un logo ; ou bien deux cartes distinctes sont proposées, fonctionnant parfois avec le même code secret.

Quelle que soit leur présentation, ces cartes ne peuvent généralement pas être utilisées à l'étranger dans leur fonction ''carte de crédit'' ou ''option crédit'' ; seule la fonction carte de paiement, à débit immédiat ou différé, est utilisable hors de France.

Le coût de cette fonction ''crédit'' n' est pas le même d'un établissement à l'autre, selon qu'il s'agit d'une seule carte ou de deux cartes. L'option crédit offerte avec une carte de paiement est le plus souvent gratuite. Par contre, une carte de crédit indépendante de la carte de paiement, est facturée de 10 à 25€ par an, à partir de la deuxième année. La première année, la cotisation est offerte, à titre commercial, par la banque. Rien ne vous empêche de discuter avec votre conseiller pour essayer d'obtenir une deuxième année gratuite… ou à tarif ''amical'' !

Avec une seule et même carte, comment fait-on au distributeur de billets ou au terminal de paiement ? Si vous ne voulez pas utiliser le crédit vous devez choisir soit ''débit'' soit ''comptant''. Dans un cas comme dans l'autre, la somme sera prélevée sur votre compte bancaire, immédiatement si votre carte est à débit immédiat, en fin de mois si votre carte est à débit différé.

La réserve d'argent ne sera mise à votre disposition que si vous choisissez ''crédit''.

Depuis la loi Lagarde, c'est l'option ''comptant'' ou ''débit'' qui est activée automatiquement par défaut. En cas d'erreur de la part du client, les intérêts ne courent qu'à partir du mois suivant ; le client peut donc rembourser le montant utilisé par erreur dès la fin du mois, à réception du récapitulatif de ses opérations.

En même temps que l'option crédit, votre conseiller vous aura sûrement recommandé deux assurances : PTIA ou perte totale et irréversible d'autonomie, et DIT ou décès incapacité de travail. Elles ne sont pas obligatoires et sont à déconseiller si vous n'empruntez que des montants faibles que votre épargne vous permettrait de rembourser de toute façon. De plus, l'assurance étant imputée sur la mensualité de remboursement, elle diminue donc le montant remboursé et allonge la durée de remboursement, faisant grimper les intérêts totaux.

Si vous devez, par contre, emprunter des sommes très importantes, souscrivez une assurance ''décès-invalidité'' classique chez votre banquier ou chez votre assureur ; elle sera bien moins onéreuse. Enfin, si vous avez déjà souscrit la PTIA ou la DIT, ou les deux, vous pouvez la résilier à tout moment par lettre Rec AR.

Ces cartes de crédit peuvent donner droit à des avantages divers et variés : une remise chez certaines enseignes ; une garantie ''achats'' contre le vol ou la détérioration d'un produit acheté avec l'option crédit (certains appareils sont exclus et il existe des plafonds de garantie ; plusieurs banques offrent, lors de l'achat d'un appareil avec ce crédit, une extension de garantie de 24 mois qui s'ajoute à celle des distributeurs ou constructeurs, d'une durée légale d'un an ; certaines banques offrent cette extension même si l'achat a été effectué avec l'option ''comptant'' ou ''débit'' ; dans la majorité des cas, elle est plus avantageuse que la coûteuse extension des distributeurs.

Cette option ''crédit'' peut être moins coûteuse qu'un découvert bancaire ou qu'un crédit revolving d'établissement de crédit. Elle demande à être utilisée intelligemment, en gestionnaire avisé, et non sur coups de tête ou coups de coeur ! Une fois de plus, la calculette est votre meilleure alliée. Sachez que le réseau American Express (Amex) propose l'un des taux les plus faibles du marché, mais la cotisation de ses cartes est souvent plus élevée que chez un banquier ''du terroir''. Il faut donc envisager ce produit dans sa globalité, et surtout en fonction de vote mode de vie : si vous renouvelez vos appareils (électroménagers, informatiques et électroniques, TV-hifi-vidéo) très souvent, l'extension de garantie qui vous est ainsi offerte est loin d'être à négliger.

MT/03/2012

← La médiation Credit conso Bouches du Rhône →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite