Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Maigrir avec du beurre qui y croit

thematiques 6 novembre 2012

Santé: les slogans bidons


À partir du 14 décembre, les industriels de l’agroalimentaire ne pourront plus prétendre sans preuve que leurs produits sont bons pour la santé. Le point sur les allégations validées ou retoquées par l’autorité sanitaire européenne, c’est ce que nous allons faire aujourd’hui dans la rubrique consommation, avec l’UFC-Que Choisir. Bonjour Jacques ROBERT !
1 – Qu’est ce qui s’est passé pour ces allégations santé ?
Du yaourt qui booste les défenses immunitaires aux céréales pour petit déjeuner qui décuplent l’énergie, en passant par les compléments alimentaires qui aident à dormir, améliorent la digestion et font vieillir moins vite, les slogans liés à la santé font vendre. Trop souvent, on cherche en vain les preuves scientifiques de ces allégations. En 2006, paraissait un règlement européen annonçant aux industriels de l’agroalimentaire la nouvelle donne : désormais, s’ils voulaient avancer un effet sur la santé, ils devraient le prouver. 44 000 dossiers sont parvenus de toute l’Europe, et, pour l’heure, un peu plus de 2 000 décisions ont été rendues.
2 – Quels sont ces résultats ?
Pour le moment 88 % des allégations étudiées ont été retoquées, preuve que le ménage était nécessaire. Le plus souvent parce le lien entre le composé ou l’aliment considéré et l’effet sur la santé n’est pas démontré. Quelques exemples : les slogans liés à la perte de poids, les édulcorants qui vous aident à maintenir votre poids de forme, le bêta-carotène qui favoriserait l’apparition du bronzage, et aiderait à se protéger des radiations solaires ou retardait le vieillissement cutané, les vertus relaxantes du chocolat, tous ces slogans n’ont pas démontré leur véracité scientifique.
3 – Et quelque fois la décision des experts surprend ?
En effet ils refusent les allégations concernant les fruits ou les légumes (contrôle du poids, santé cardio-vasculaire), au motif que ces aliments ne sont pas assez caractérisés.
Quant aux slogans validés, certains font tiquer. On s’étonne, par exemple, que les experts autorisent les fabricants de substituts de repas à afficher : « Le remplacement quotidien de deux repas par notre produit contribue à la perte de poids. ». Et les phytostérols (Proactiv, Danacol et cie), pourront continuer de vanter leurs vertus hypocholestérolémiantes, alors que les experts français planchent depuis deux ans sur la question de savoir s’ils sont bien aussi inoffensifs que prévu.
4 – Que va-t-il se passer maintenant ?
Vu le caractère plutôt indigeste des phrases approuvées, les industriels ont réclamé de pouvoir les rédiger dans des termes plus vendeurs. La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) doit publier des lignes directrices pour préciser selon quelles conditions les modifications doivent avoir lieu. L’exercice promet d’être délicat.
5 – Et les industriels ?
Gageons que si les industriels ne peuvent plus asséner de contrevérités, ils sauront user de la suggestion pour inciter à l’achat en toute légalité. Certaine publicité actuelle le montre déjà.
Toutes les explications et des informations complémentaires dans la revue Que Choisir de novembre 2012.

← Accidents de la vie courante Médecin et désert →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite