Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Notre santé en liberté surveillée

thematiques 25 mars 2015
Notre santé en liberté surveillée

Bracelets pour calculer le nombre de calories brûlées dans la journée, montres pour mesurer son rythme cardiaque, pèse-personnes à impédancemétrie pour surveiller sa masse musculaire, tensiomètres intelligents, indicateurs de taux de glucose dans le sang… Tout doucement, les objets connectés envahissent notre quotidien. Et le domaine de la santé est sans doute celui qui suscite le plus de convoitises. Il faut dire que l’enjeu économique est de taille. Pas seulement pour les start-up qui les conçoivent, mais aussi pour les géants du Net, qui entendent exploiter toutes les données de santé ainsi collectées. Ces innovations vont à coup sûr révolutionner notre façon d’aborder la santé, depuis la prévention jusqu’au suivi de certaines pathologies. Dotés de capteurs, les objets connectés récupèrent une masse d’informations sur l’hygiène et le mode de vie de celui qui les porte ou les utilise et les envoient vers une application mobile ou un service Web. Dès lors se pose la question de la protection des données personnelles. Or, personne n’a envie d’un Big Brother sur sa santé. Pourtant, de nombreuses sociétés sont à l’affût, au premier rang desquelles les compagnies d’assurances, désireuses de toujours mieux évaluer le profil de leurs clients. Certains diront qu’il n’y a rien de choquant à ce qu’un assureur module ses tarifs en fonction du comportement de l’assuré. Chacun ne doit-il pas assumer les risques qu’il prend et non faire supporter aux autres les conséquences de sa propension à vivre dangereusement ? Tant pis pour les plus malchanceux et les plus fragiles. Si la perspective d’individualiser parfaitement le risque de l’assuré est réelle, cette voie signe en même temps la fin de la mutualisation du risque, fondement de notre système de protection sociale basé sur le principe de solidarité. Pour l’heure, la législation française interdit de moduler les tarifs d’une complémentaire santé en fonction du comportement d’un assuré. Mais qu’en sera-t-il demain si, économies obligent, l’assurance maladie se défausse de plus en plus sur les assurances privées ?
03/2015 Jean-Paul Geai
Rédacteur en chef :wwwquechoisir.org

← Action de groupe Gare aux imitations ! Parodie de consultation sur l’eau potable L’UFC-Que Choisir exige enfin une prévention des pollutions à la source ! →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite