Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Pollution de l’air intérieur

thematiques 20 février 2011

L’air intérieur pollué: les parlementaires ont participé à notre enquête, les résultats sont stupéfiants

Air intérieur chez les politiques :
Au vu de leurs résultats, les législateurs doivent déloger la pollution !


L’UFC-Que Choisir publie ce jour une enquête exclusive sur la pollution de l’air intérieur des lieux de vie de personnalités politiques, réalisée avec le concours de Chantal JOUANNO et de 35 députés et sénateurs1. Alors que, comme pour tous les Français, la quasi-totalité des personnalités sondées est exposée à un air contaminé, l’UFC-Que
Choisir leur demande l’adoption d’une Loi pour protéger les consommateurs.
Sur les 36 analyses effectuées, 29 révèlent une qualité de l’air mauvaise (dont 9 très mauvaise), 7 moyenne, mais aucune ne peut prétendre à la mention « bonne » ! En effet, dans la totalité des prélèvements, a été détectée la présence de benzène, substance cancérigène et de formaldéhyde, classé polluant prioritaire par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur. Bref, aucun des participants ne respire un air sain !
Pour le formaldéhyde, 78 % des analyses dépassent la valeur maximale recommandée2. Par exemple, l’échantillon du Député Jean MALLOT dépasse plus de 4 fois cette valeur ! Quant au benzène, si les députés André FLAJOLET et Jérôme LAMBERT obtiennent ex-æquo la contamination la plus faible3 en conformité avec les recommandations, on relève en revanche dans l’échantillon du Député Georges COLOMBIER la teneur la plus élevée, équivalant à quatre
fois la valeur repère fixée par la réglementation4 !
Loin de vouloir stigmatiser le cas particulier des politiques, l’UFC-Que Choisir entend provoquer une prise de conscience sur ce problème généralisé de santé publique. En effet, si les comportements individuels (manque d’aération des logements, tabagie …) peuvent, pour partie, contribuer à des forts niveaux d’exposition, ce sont avant
tout les produits de consommation qui sont à l’origine de ce cocktail chimique dont la dangerosité est encore accrue par le confinement des lieux5 où nous passons 85 % de notre vie.
Neuf ans après notre première enquête sur la pollution dans les logements, nos tests comparatifs continuent à détecter des émanations toxiques sur des produits aussi anodins que les meubles, les nettoyants ménagers, les revêtements de sols ou les désodorisants. Pire, sur la centaine de milliers de substances chimiques utilisées par les fabricants, seule une part infime a été étudiée pour en connaître la dangerosité.
Face à un tel fléau sanitaire, une information claire du consommateur est primordiale. Obtenu de haute lutte lors du Grenelle de l’Environnement, un étiquetage devait permettre aux consommateurs d’identifier les produits les moins polluants. Or, sous la pression des lobbies, l’échelle de notation en cours d’élaboration est devenue particulièrement laxiste. Ainsi, les deux meubles pour enfants les plus mal notés dans le Que Choisir de ce mois qui déconseille leur
achat, obtiendraient malgré tout des appréciations sans rapport avec leur dangerosité (une appréciation bonne et une moyenne), selon la version actuelle du projet de réglementation !
Sur la base de ce constat sans appel, l’UFC-Que Choisir demande aux législateurs, particulièrement à ceux ayant participé à cette enquête, d’agir en adoptant une grande Loi de lutte contre la pollution de l’air intérieur, imposant notamment :
– Des études toxicologiques pour déterminer la dangerosité de toutes les substances non étudiées à ce jour ;
– Une vérification par des laboratoires indépendants du niveau d’émanation pour tous les produits de consommation
susceptibles de dégager des substances nocives ;
– L’interdiction de commercialiser les produits lorsque les émanations dépassent les seuils recommandés ;
– Un durcissement du barème d’étiquetage pour permettre aux consommateurs d’identifier les produits les moins
polluants ;
– Une incitation financière aux particuliers pour l’installation de dispositifs d’aération efficaces dans les logements.


1 Enquête réalisée entre mars et mai 2010 dans les bureaux ou les domiciles de Madame Chantal JOUANNO et de parlementaires membres de l’Office Parlementaire d’Evaluation
des Choix Scientifiques et Technologiques ou membres de groupes de travail ou de commissions en lien avec le thème de la pollution de l’air intérieur (voir liste en annexe). Des
kits individuels ont été placés dans les différents lieux de vie, pendant cinq à sept jours consécutifs. Suite à cette période d’exposition, les kits ont été analysés par un laboratoire
indépendant sur les teneurs en composés organiques volatils totaux, formaldéhyde, benzène, trichloroéthylène et tétrachloroéthylène.
2 Concentration maximale en formaldéhyde de 10 µg/m3 d’air fixée par le Haut conseil de Santé Publique à atteindre d’ici 2019.
3 Teneurs en benzène relevées dans les échantillons des Députés André FLAJOLET et Jérôme LAMBERT : 0,8 µg/m3
4 Objectif de qualité de 2 µg de benzène par m3 d’air ambiant, fixé par la réglementation.
5 Selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, l’air intérieur est insuffisamment renouvelé dans près de 80 % des logements français (enquête de juin 2008 dans 567 logements)

CP/FD:sept 2010

← Residents et maisons de retraite Allo bobo mon médecin me surtaxe →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite