Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Produits minceur

thematiques 12 mai 2013

Produits minceur Substances dangereuses

Les produits amaigrissants à base de substances interdites aux effets secondaires graves foisonnent sur Internet. Certains renferment des substances « bio » et « naturelles » pourtant pas synonymes d’innocuité.
produits-minceur-actu

Tapez simplement « clenbutérol » sur votre moteur de recherche, les résultats sont éloquents. Des dizaines de sites vous proposent d’acheter une boîte de ce médicament pour 40 € environ. Objectif annoncé, transformer la graisse en muscle. Au départ, le clenbutérol est une substance vétérinaire, utilisée notamment pour soigner l’asthme chez les chevaux de course. Les cyclistes professionnels semblent avoir été les premiers à le détourner de son usage. Le clenbutérol, en effet, diminuerait la masse graisseuse, faciliterait la prise de muscle et améliorerait le souffle. C’est du clenbutérol qui a été retrouvé dans les analyses sanguines d’Alberto Contador, ce qui lui a valu de perdre son titre de vainqueur du tour de France 2010. Effets secondaires : tremblements, insomnie, sudation, changement d’humeur et risque d’arrêt cardiaque en cas de surdosage. Le produit, qui appartient à la famille des bêta-stimulants, est interdit en Europe en médecine humaine. Son usage vétérinaire est strictement réglementé, car le clenbutérol a aussi été détourné de son usage par des éleveurs qui en donnaient aux animaux pour favoriser la prise de muscle. Il continue à être utilisé au mépris du danger par des culturistes.
Régulateur de l’appétit

Le numéro de mars de la revue médicale indépendante Prescrire publie un article sur ces substances interdites ou très encadrées détournées à des fins amaigrissantes. En plus du clenbutérol, figurent des médicaments de la famille des diurétiques, des amphétamines (dont le Mediator fait partie), des hormones thyroïdiennes ou des benzodiazépines. Prescrire attire également l’attention sur des préparations à base de plantes, dangereuses mais elles aussi faciles à trouver sur Internet, et qui ont été interdites en tant que régulateurs de l’appétit en mai 2012. Il s’agit de Citrus aurantium (plus connu sous le nom de bigaradier), Garcinia cambogia et Hoodia gordonii. Les deux derniers peuvent léser le foie et les muscles, y compris le cœur, et entraîner des troubles neurologiques.

Des sites de phytothérapie comme dieti-natura.com ou belleetbio.com, par exemple, vendent de la Garcinia cambogia et du Hoodia gordonii. Contacté, belleetbio.com dit ne pas être au courant et promet de se renseigner. Dieti-natura.com, de son côté, fait savoir qu’il se trouve en Suisse, où Garcinia cambogia ne serait pas interdit. Ce qui ne l’empêche pas de proposer des prix en euros sur ses pages francophones.

Erwan Seznec – www:quechoisir.org – 04/2013

← Distilbène Hopital dépassements d’honoraires →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite