Vers le haut
04 91 90 05 52

Coût d’un appel local

Vacances

thematiques 28 mars 2011

Vacances originales, personnelles, sur mesure ou hors des sentiers battus

Qui n’a jamais rêvé de vacances sur-mesures, hors des sentiers battus ?

Vos vacances approchent, vous les voulez personnelles et originales ?
Vous n’avez que l’embarras du choix.

En effet, des efforts considérables ont été faits en termes d’offre diversifiée et de prix abordable.

Car le tourisme emploie désormais 234 millions de personnes dans le monde
(8 % du marché mondial de l’emploi) et compte pour 11 % du PIB mondial.

Cette manne est loin d’être négligeable, pour l’hémisphère sud surtout.

Alors que partir en voyage d’agrément n’était l’apanage que de 35 millions de personnes en 1950, ce sont 900 millions de personnes qui ont pu en profiter en 2009 ; et parmi elles, beaucoup de Brésiliens, Chinois et autres citoyens de pays émergents.

Internet avive la concurrence, et à ceux qui réservent tôt, il permet de substantielles économies, sans sacrifier le rapport qualité prix.

Il est recommandé de comparer soi-même les prix pour un même séjour aux mêmes dates.

En effet, d’un voyagiste à l’autre, les prix de la même prestation peuvent être très différents.

Quant aux comparateurs et forums, les voyageurs expérimentés connaissent leur objectivité relative, étant donné que certains sites et forums sont animés par les voyagistes eux-mêmes…

Les réservations tardives restreignent le choix, nécessairement.

Quant aux prix les plus bas, ils peuvent réserver des surprises désagréables : excursions non incluses et vendues à prix d’or sur place ; hébergement d’une hygiène relative ; repas aux qualités gustatives moyennes, parfois même aux qualités sanitaires douteuses, à l’origine du mot « tourista »…

Des billets d’avion achetés auprès des compagnies aériennes vous permettront plus facilement, règles de l’Union Européenne obligent, d’être pris en charge et indemnisés en cas de surbooking.

Les internautes les plus prévoyants tentent de limiter les risques de perte ou de vol de bagages en choisissant le plus possible des vols directs.

Pour qui ne veut pas « bronzer idiot », une vaste palette de « voyages » au sens large du terme s’offre maintenant : voyage intérieur à la découverte de soi-même ; quête spirituelle dans le désert ou dans un monastère ; retraite avec questionnement philosophique ; mais aussi séjour en tipi, en yourte (mongole), en roulotte ; stages de

langues celtiques ou de médecine shamanique ; fuite du triptyque métro-boulot-dodo pour aller vers un autre rythme de vie ; parfois à la découverte de savoir-faire artisanal ou de patrimoine industriel ; parfois à la découverte de l’authentique, en respectant l’environnement et la population locale.

De plus en plus de français souhaitent s’adonner à ce nouveau type de tourisme, plus respectueux de la terre et de l’homme, même si seulement 4 % d’entre eux ont pu déjà y goûter.

Reconnu depuis 1995 par l’Unesco et l’Organisation Mondiale du Tourisme, cet écotourisme ou tourisme durable respecte l’écologie, l’économie et le social sous l’angle du développement durable.

Les populations locales doivent y être étroitement associées, mais comment être sûr qu’elles en seront réellement les bénéficiaires.

Une fédération de 19 associations, l’ATES (Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire), veille au respect de ces principes, mais ce label n’est pas totalement indépendant, pour le moment du moins.

De nombreux projets humanitaires sont soutenus par des réseaux de tourisme syndical ou à vocation sociale, qui mettent la solidarité au premier rang de leur préoccupation dans la conception de leur offre.

Ces structures proposent des centres de vacances aux tarifs différents selon les ressources des familles, auxquels des aides de la CAF ou des Conseils Généraux peuvent venir en complément.

Elles proposent aussi, toujours avec des tarifs variables, des emplacements de camping dans des fermes, des gîtes ruraux, des tables d’hôtes, qui permettent aux citadins de renouer avec leurs lointaines racines et aux ruraux d’avoir un complément de ressources tout en respectant les terroirs.

Le tourisme durable, aussi louable soit-il, ne pourra suffire !

Car, si l’on veut, par exemple, préserver la ressource en eaux, si précieuse, ce sont les pratiques du tourisme de masse qui devront évoluer en profondeur : des terrains de golf aux portes du désert, est-ce vraiment indispensable au bonheur du vacancier ?

Fort heureusement, si l’on en croit Philippe Gloaguen, orfèvre en la matière puisque cofondateur du « Guide du Routard », le vacancier ne veut plus des vacances stéréotypées, style piscine discothèque.

Selon son envie du moment, et ses moyens bien sûr, il peut rechercher la vie trépidante de New York City ou une retraite à Cordes-sur-Ciel ; un chantier de creusement de puits au Sahel ou un séjour gastronomique ; un séjour en hôtel club avec farniente et rencontres ou une méharée dans le désert, sans montre ni GPS, mais avec l’Autre, le nomade, maître du temps et de l’espace…

MT/03/2011

← Les litiges de vacances Précautions avant vacances →

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

UFC Que Choisir de Marseille et des Alpes Maritimes

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite